L’obésité des enfants est en augmentation alarmante

L’obésité des enfants constitue l’un des plus grands défis pour la santé publique au 21e siècle. Il s’agit d’un problème mondial qui affecte de très nombreux pays à revenu faible et intermédiaire, en particulier en milieu urbain.
La prévalence s’est accrue à un rythme alarmant. On estime qu’en 2010 le monde comptait plus de 42 millions d’enfants en surpoids. Près de 35 millions de ces enfants vivent dans des pays en développement. Les enfants en surpoids et obèses risquent de rester obèses une fois adultes et sont plus susceptibles de contracter des maladies non transmissibles telles que diabète et maladies cardiovasculaires à un âge plus précoce.

Quelle est la situation au Maroc ?
Près du tiers de la population du Maroc, soit quelque 10,3 millions de personnes, connaît des problèmes de surpoids, une question de santé publique qui prend de l'ampleur depuis dix ans, souligne dans une étude le Haut commissariat au Plan (HCP) en 2011.
Selon cette enquête, menée par le HCP auprès de 2.426 ménages, le Maroc a réalisé des progrès notables dans la lutte contre la sous-nutrition.
Chez les enfants de moins de cinq ans, l'insuffisance pondérale est ainsi passée de 9,3% en 2004 à 3,1% en 2011, ce qui met le royaume en très bonne position par rapport à la moyenne mondiale (16%).
Pour les adultes de plus de 20 ans, ils ne sont plus que 3,3% à être concernés contre 3,9% en 2001.??En revanche, le Maroc voit apparaître de sérieux problèmes en matière d'obésité.??Au total, ce sont 10,3 millions de marocains adultes, dont 63,1% de femmes, qui sont en situation d'obésité ou de pré-obésité, résume le rapport.??Parmi ces personnes, 3,6 millions, soit près d'un adulte marocain sur cinq, est concerné par l'obésité grave et morbide.
Les femmes sont les plus touchées (26,8%), en particulier en milieu urbain.
Sur 10 ans, l'obésité grave et morbide a augmenté de 7,3% par an en moyenne, s'alarme le HCP, relevant que l'inactivité ainsi que les niveaux de vie et d'éducation influent sur ce phénomène.
Et l’on ne peut que se féliciter du plan d’action ministériel intersectoriel 2013-2016 en matière de santé scolaire et universitaire, ratifié récemment entre ministère de la santé, de l’enseignement, de la jeunesse et du sport et du haut commissariat au Plan et dont l’objectif est la promotion du mode vie sain et la lutte contre les maladies liées à la nutrition (obésité, diabète, …).

Quelle est la situation au Maroc ?

Comment mesurer l’obésité des enfants
Il est difficile d’élaborer un indice simple qui permette de mesurer le surpoids et l’obésité chez les enfants et les adolescents car leur organisme subit un certain nombre de changements physiologiques en cours de croissance. En fonction de l’âge, on dispose de différentes méthodes de mesure du poids corporel :

Pour les enfants entre 0 et 5 ans
Les Normes OMS de croissance de l’enfant, lancées en avril 2006, comportent des mesures du surpoids et de l’obésité pour les des enfants de moins de 5 ans.
Pour les 5-19 ans

L’OMS a élaboré des données de référence sur la croissance pour les 5-19 ans. Il s’agit d’une reconstruction des données de référence National Center for Health Statistics (NCHS)/WHO de 1977 qui utilise les données originales du NCHS complétées par des données tirées de l’échantillon des normes OMS de croissance de l’enfant pour les moins de 5 ans.

Pour les adultes

La mesure du surpoids et de l’obésité la plus communément utilisée est l’indice de masse corporelle (IMC).
Il correspond au poids en kilogrammes divisé par le carré de la taille exprimée en mètres (kg/m2).
L’IMC s’applique aux deux sexes et à toutes les tranches d’âge adultes. Il doit toutefois être considéré comme une indication approximative car il ne correspond pas nécessairement au même pourcentage de masse graisseuse selon les individus. L’IMC n’est pas encore utilisable dans le cas des enfants. 

Risques de l’obésité de l’enfant
Les conséquences d’un mode de vie défavorable à la santé pendant l’enfance
L’obésité de l’enfant est associée à un risque accru de décès prématuré et d’incapacité à l’âge adulte.
Les enfants en surpoids et obèses risquent davantage de rester obèses une fois arrivés à l’âge adulte et de contracter des maladies non transmissibles telles que diabète et maladies cardiovasculaires à un âge plus précoce.
Dans le cas de la plupart des maladies non transmissibles provoquées par l’obésité, les risques dépendent en partie de l’âge auquel l’obésité est apparue et de sa durée.
Les enfants et les adolescents obèses en subissent à la fois des conséquences sanitaires à court terme et à long terme.
Les conséquences les plus graves du surpoids et de l’obésité de l’enfant, qui souvent ne se manifestent pas avant l’âge adulte, sont notamment :

• Maladies cardiovasculaires (surtout cardiopathies et accidents vasculaires cérébraux);
• Diabète ;
• Troubles musculo-squelettiques, surtout l’ostéoarthrite;
• Certains types de cancer (de l’endomètre, du sein et du colon).
• La double charge : un risque sérieux

De nombreux pays à revenu faible et intermédiaire doivent désormais affronter une "double charge" de maladie : tout en continuant à lutter contre les problèmes qu’engendrent les maladies infectieuses et la sous-nutrition, ils connaissent dans le même temps une augmentation rapide des facteurs de risque de maladies non transmissibles tels qu’obésité et surpoids, surtout en milieu urbain. Il n’est pas rare de voir cohabiter sous-nutrition et obésité dans le même pays, au sein de la même collectivité, voire sous le même toit.
Cette double charge est causée par une nutrition inadéquate de la femme enceinte, du bébé et du jeune enfant, suivie par la consommation d’aliments à forte teneur en graisses, très énergétiques et pauvres en micronutriments, ainsi que par un manque d’activité physique lorsque l’enfant grandit. 

Causes de l'obésité chez les enfants
L’obésité est liée à l’interaction entre des facteurs biologiques ou génétiques, des modes de vie ou des habitudes alimentaires, des comportementaux individuels.
• Pourquoi les enfants et les adolescents deviennent obèses ?
• La principale cause du surpoids et de l’obésité de l’enfant est un déséquilibre énergétique entre les calories consommées et les calories dépensées.
• L’augmentation mondiale des cas de surpoids et d’obésité chez les enfants est imputable à un certain nombre de facteurs :
• un changement de régime alimentaire observé sur le plan mondial qui se traduit par une consommation accrue d’aliments très énergétiques à haute teneur en graisses et en sucres mais contenant trop peu de vitamines, de minéraux et d’autres micronutriments bons pour la santé;
• une tendance à la diminution de l’activité physique en raison de la nature sédentaire de nombreuses formes de loisirs, du changement de modes de transport et de l’urbanisation galopante.
• Les causes sociétales de l’épidémie d’obésité de l’enfant

L’OMS reconnaît que la prévalence croissante de l’obésité de l’enfant est le résultat de changements survenus dans la société.
L’obésité de l’enfant est essentiellement associée à une alimentation malsaine et au manque d’activité physique, bien que le problème ne réside pas seulement dans le comportement des enfants mais aussi, de plus en plus, dans le développement social et économique ainsi que dans les politiques mises en œuvre dans les domaines de l’agriculture, des transports, de la planification urbaine, de l’environnement, de la préparation, de la distribution et de la commercialisation des aliments, sans oublier l’éducation et le poids des traditions et de la culture.
Le problème est d’ordre sociétal et requiert donc une approche multisectorielle, pluridisciplinaire et culturellement pertinente au niveau de la population.
Contrairement à la plupart des adultes, les enfants et les adolescents ne sont pas en mesure de choisir le milieu dans lequel ils vivent ni les aliments qu’ils mangent. Ils ne comprennent pas pleinement non plus les conséquences à long terme de leur comportement. Il faut donc leur consacrer une attention particulière lorsqu’on combat l’épidémie d’obésité. 

Comment lutter contre l’épidémie d’obésité de l’enfant?
Le surpoids et l’obésité, aussi bien que les maladies non transmissibles qui les accompagnent sont dans une grande mesure évitables.
Il est admis que la prévention constitue le meilleur moyen d’enrayer l’épidémie d’obésité de l’enfant, car les traitements courants visent essentiellement à mettre le problème sous contrôle plutôt qu’a assurer une guérison.
Le but de la lutte contre l’obésité de l’enfant consiste à atteindre un équilibre énergétique susceptible d’être maintenu pendant toute la vie de l’individu.
Recommandations générales
consommer davantage de fruits et de légumes, ainsi que de légumineuses, de céréales complètes et de fruits secs;
limiter l’apport énergétique provenant de la consommation de graisses et réduire la consommation des graisses saturées au profit de graisses non-saturées;
limiter la consommation de sucres; et
avoir une activité physique modérée à intense, au moins 60 minutes par jour, qui soit appropriée au point de vue du développement et qui implique diverses activités. Davantage d’activité peut être nécessaire pour contrôler son poids.?
Recommandations sociétales
Pour enrayer l’épidémie d’obésité de l’enfant il faut un engagement politique soutenu et la collaboration de nombreux intervenants publics et privés.
Les gouvernements, les partenaires internationaux, la société civile, les média, les ONG et le secteur privé ont des rôles vitaux à jouer pour créer des environnements sains et faire en sorte que les options alimentaires plus saines proposées aux enfants et aux adolescents soient abordables et facilement accessibles.
L’OMS a donc pour objectif de mobiliser ces partenaires et des les inciter à mettre en œuvre la Stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé.
L’OMS est favorable à la définition, la mise en œuvre, la conduite et le suivi d'interventions. Une approche multisectorielle s’impose pour réaliser des progrès durables: elle mobilise l’énergie, les ressources et les compétences de tous les intervenants mondiaux impliqués. 

Quelques conseils pratiques
• Les parents doivent donner l’exemple…
• Expliquer simplement le pourquoi à l’enfant pour obtenir son adhésion.. et surtout ne pas le culpabiliser..
• Chez l’enfant, il est important d’éviter de parler régime… mais plus tôt d’hygiène de vie.
Se méfier du harcèlement publicitaire qui incite à la consommation intempestive..`
• Il faut manger équilibré ! privilégier la cuisine marocaine, les céréales, les salades, les légumes, l’huile d’olive, les laitages, le poisson, les fruits.
• Réduire les sucreries, les gateaux, les patisseries, les boissons sucrées, les fritures, les plats préparés, les pizzas, les viandes rouges..
• Il faut aussi éduquer le palais en éduquant les enfants à ne pas manger trop de sucre. S’il n’est pas habitué, il n’en demandera pas.
• Au lieu d’un gâteau au goûter, il vaut mieux privilégier un fruit sucré, comme une banane ou une pomme.
• Il faut être très sélectif: ne pas acheter de bonbons, de chips, de sodas… Il faut penser que d’une façon ou d’une autre ils obtiendront des bonbons, que ce soit en allant voir la grand-mère ou à un anniversaire.
• Faire attention aux repas de fêtes souvent très gras et trop abondants et aux anniversaires. Dans ce dernier cas, conseiller la consommation de petits morceaux de gateaux et prendre les fruits.
• Réduire le temps devant la télévision et surtout ne pas grignoter. Sans télé, les enfants bougent plus, ils sont aussi plus joyeux, ils créent d’avantage de jeux
• Eviter de se poser la question «Est-ce que mon enfant a assez mangé ?, mais plutôt «Est-ce que mon enfant a mangé ce qu’il faut?» et bien sûr, faire du sport quotidiennement !
• Intégrer l’activité physique en temps plaisir, bien être physique et moral.
• Y a-t-il un sport à privilégier, mieux adapté que les autres ??La natation! C’est un sport complet qui fait bouger tout le corps.
• Il faut souligner que la meilleure prévention de l’obésité et du surpoids chez l’enfant, est de ne pas laisser s’installer la prise de poids.
Enfin, ne pas hésiter à consulter un spécialiste en endocrinologie diabétologie avant qu’il ne soit trop tard. 

Sky Poker review bettingy.com/sky-poker read at bettingy.com